Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Mouvement Républicain et Citoyen 44

Site dédié à l'actualité du MRC en général et du MRC44 en particulier

Les TPE ne font pas confiance au gouvernement.

Publié le 7 Janvier 2013 par Webmaster-MRC44 in Actualités

2012, une année de récession pour les TPE

Des patrons de TPE déçus par la politique fiscale du gouvernement

Paris, le 18 décembre 2012 – La 48ème édition du Baromètre des TPE, l’enquête de conjoncture trimestrielle réalisée par l’IFOP pour FIDUCIAL auprès des Très Petites Entreprises, dresse un bilan alarmiste de leur santé économique. L’ensemble des indicateurs est dans le rouge. Ce constat se conjugue avec une très forte perte de confiance vis-à-vis du gouvernement, tant en raison de ses annonces fiscales qu’au sujet de son pacte sur la compétitivité.

Une année 2012 aux couleurs de la récession avec un optimisme au plus bas depuis l’an 2000

L’ensemble des indicateurs fait état d’une situation particulièrement préoccupante avec une récession qui s’installe et qui devrait perdurer. Les patrons de TPE craignent un taux de croissance de -3,2% pour l’année 2012 contre +1,2% l’an passé à la même période. L’état des recettes trimestrielles étaye cette perspective car les dirigeants constatent une baisse de leur chiffre d’affaires de -2,9% au cours des trois derniers mois. L’indicateur de situation financière* continue de se maintenir à un niveau extrêmement bas (-20), soit le score le plus bas enregistré depuis 2010. Des difficultés se font également sentir au niveau de la trésorerie. Seul un tiers des entreprises (33%) déclare une trésorerie excédentaire, contre 46% à l’équilibre et 21% dans le rouge.

Au regard de ces indicateurs, 93% des patrons s’inquiètent face à la situation économique et seulement 18% se disent optimistes quant au contexte général en France, soit un recul de 7 points depuis le mois de juillet, au niveau le plus bas enregistré depuis la création du Baromètre des TPE en 2000.

La destruction des emplois se poursuit et les salaires baissent

Pour la première fois depuis le 1er trimestre 2010, la création nette d’emplois** devient négative (-1%) au 3ème trimestre 2012. Cette baisse est plus préoccupante dans les secteurs du commerce (-3), des services aux particuliers (-3) et de l’hôtellerie-restauration (-9). Cette morosité du marché de l’emploi devrait perdurer : pour les 3 prochains mois, seuls 6 % des patrons interrogés prévoient d’embaucher. La création nette d’emploi devrait s’établir à -0,5% avec un secteur du BTP particulièrement impacté (-3%).

En parallèle et compte tenu de la situation financière de leur entreprise, 68% des employeurs n’ont pas compensé ou ne compenseront pas la suppression des exonérations de retenues sociales sur les heures supplémentaires pour leurs salariés, ce qui aboutit, selon les calculs réalisés par Fiducial, à une perte de 3% du salaire pour une personne travaillant 39 heures par semaine. A la découverte des conséquences de la fin de la TEPA, les salariés ont pour la plupart exprimé un sentiment de déception (56%) ou de résignation (29%), 17% seulement ayant formulé des revendications de compensation.

Une très forte impopularité du gouvernement au regard d’une politique fiscale fortement décriée

Rarement l’exécutif aura été aussi impopulaire auprès des dirigeants de TPE : seulement 20% d’entre eux affirment leur confiance dans le gouvernement Ayrault (-12 points depuis juillet). Il faut remonter à 2005, à la fin du gouvernement Raffarin pour retrouver une telle déconsidération. Allant de pair avec ce score historiquement bas, seuls 16% des interviewés estiment que Matignon prend en considération leurs préoccupations de chefs d’entreprise (-6 points).

Cette insatisfaction grandissante trouve notamment racine dans une forte critique de la politique fiscale qui alourdit les charges des entreprises. 91% des patrons estiment qu’ils vont être impactés par l’augmentation des impôts pour les entreprises.

Le projet de loi de finances et le projet de loi de financement de la sécurité sociale font l’objet de critiques très sévères. Uniquement 15% des patrons de TPE les jugent réalistes. Parmi les principaux qualificatifs utilisés pour les caractériser, 12% évoquent l’équilibre et 6% la pertinence, tandis que 59% déclarent que ces projets sont démotivants et 41% qu’ils suscitent la lassitude. Enfin, 8 % pensent qu’ils permettront d’atteindre l’objectif de 3% de déficit public en 2013.

Un pacte de compétitivité et un crédit d’impôt jugés inappropriés et en incapacité de faire redémarrer la croissance

Le gouvernement n’a pas plus réussi à convaincre les dirigeants de TPE sur l’efficacité du pacte de compétitivité. Uniquement un tiers des chefs d’entreprise estime qu’il va dans le bon sens et ils ne sont plus que 18% à juger qu’il va replacer la France dans le champ de la mondialisation.

Les chefs d’entreprise sont critiques au regard du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en considérant que ce dernier n’aura que peu d’effets. Si 31% des employeurs déclarent que ce dispositif va les inciter à former davantage leurs salariés, seul 13% de l’ensemble des patrons de TPE indiquent qu’il constituera un facteur incitatif à l’embauche. De même, uniquement un quart pensent que le CICE va avoir un impact positif sur leur activité et 19% qu’il est propice à l’investissement.

Les 34 autres mesures du pacte, certes moins médiatisées, n’ont pas retenu l’attention des patrons de TPE : 8% seulement peuvent en citer au moins une.

Méthodologie de l’Etude :

Echantillon de 1 001 dirigeants de TPE de 0 à 19 salariés, raisonné sur les critères secteur d’activité de l’entreprise, taille de l’entreprise, région d’implantation de l’entreprise et interrogé par téléphone du 22 novembre au 6 décembre 2012. Des résultats nationaux représentatifs : redressement selon les données INSEE pour la meilleure représentativité de cette composante du tissu économique français.

* indicateur de situation financière : % des TPE constatant une amélioration de leur situation financière par différence au % de celles enregistrant une dégradation.** création nette d’emplois : différence entre les créations et les suppressions de postes

 

SOURCE : FIDUCIAL - 48e Baromètre des TPE - DEC 2012

 

Rappelons que les TPE sont des entreprises comprises entre 1 à 20 employés et qu'elles constituent environ 38% des emplois du secteur marchand.

 

Commenter cet article