Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Mouvement Républicain et Citoyen 44

Site dédié à l'actualité du MRC en général et du MRC44 en particulier

LES PECHEURS FRANÇAIS SE SENTENT-ILS PROTEGES PAR L’UE ?

Publié le 28 Avril 2017 par Webmaster-MRC44

 

Photo de Franck Betermin Port d GuilvinecUne sortie en mer de Mme Le Pen a donné lieu à un tweet cinglant d’Emmanuel Macron disant : « La sortie de l’UE, c’est la fin de la pêche ! »

Qu’en est-il vraiment ? Car cette campagne donne lieu à des affirmations qui sont souvent fantaisistes voire de mauvaise foi. Je pense que le programme de Mme Le Pen n'est pas susceptible de régler le sort des pêcheurs français qui vont d'abord devoir gérer la sortie du Royaume Uni et des zones de pêche commune. Mais je ne pense pas que proférer des affirmations fallacieuses soient de nature à grandir le candidat Macron.

Si l’on prend les effets de la directive Pêche de 2004, nous avions au premier janvier 2004 : 8332 unités pour un total de 231000 tonneaux de jauge brute et une puissance totale de 1.130.000 KW

Règlement UE Pêche de référence (téléchargeable sur le site d’IFREMER)

http://sih.ifremer.fr/content/download/20057/129702/file/reglement%20CE_26-2004_FPC-1.pdf

Si l’on prend les mêmes statistiques qui sont publiques

http://ec.europa.eu/fisheries/fleet

Au 01/01/2016, nous n’avions plus que 6907 unités 172000 tonneaux de jauge brute et 1.000.000 KW

Soit une perte de flotte de 18% du nombre d’unités une perte de 26% en tonnage et de 12% en puissance.

Cela est bien sur toutes unités confondues et dans le même temps la flotte s’est modernisé, l’Europe a eu un programme dispendieux de « prime au déchirage » pour sortir les plus vieilles unités d’ Europe.

Programme d’autant plus stupide que ces navires auraient été utiles à nos voisins africains qui ne peuvent pêcher qu’en côtier et de ce fait pillent sans le vouloir les zones de fraie.

Dans les directives pêche qui ont suivi, je n’ai vu que des mesures environnementales qui sont certes utiles mais qui mettent momentanément la profession en difficulté sans se soucier vraiment des mesures d’accompagnement. De plus ces règlements que nous imposons, ne s’appliquent qu’à la flotte communautaire et donc n’empêchent nullement nos zones de pêche d’être pillés par les flottes étrangères.

Avant de faire des déclarations, M. Macron serait fondé à questionner ses soutiens bretons en particulier sur la question, mais aussi les thoniers Sétois qui subissent la surpêche des pays riverains et auxquels on impose des quotas qui rend instable la viabilité de leurs armateurs.

Non ! On ne peut pas dire tout et n’importe quoi !

 

Bruno Chevalier

Secrétaire Départemental MRC44 – Secrétaire Régional Pays de la Loire

Commenter cet article