Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Mouvement Républicain et Citoyen 44

Site dédié à l'actualité du MRC en général et du MRC44 en particulier

Le MRC tenait un conseil national le 8 décembre : l'état des lieux et les orientations

Publié le 10 Décembre 2014 par Webmaster-MRC44

Examen de la situation économique

Le tournant libéral pris par le gouvernement est une politique sans chance et sans résultat.

La distribution de 41 milliards par le biais du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) et d’autres exonérations de cotisations sociales (pas de charges sur les salaires égaux au SMIC, n’ont pas eu les effets escomptés sur la confiance des entreprises, qui à l’instar de la CGPME et du MEDEF demandent toujours plus.

Il est vrai que ces mesures s’est accompagné d’une pression fiscale tout aussi imprévisible que lisible.

Incapable de faire une politique de la demande du fait du carcan européen, le Gouvernement mène le pays doucement mais surement vers une récession inéluctable, heureusement amoindrie par deux éléments conjoncturels extérieurs sur lequel le gouvernement n’a aucune prise, la hausse du dollar ou la baisse ponctuelle de l’euro et la baisse du baril de pétrole, qui nous feront gagner 0,3% de croissance du PIB au lieu d’un zéro pointé.

L’obstination quasi insensée à continuer la contraction de la dépense publique aura des conséquences sans précédent sur l’économie réelle. Les entreprises du bâtiment subissent de plein fouet la baisse de commandes des collectivités locales.

Le corollaire est l’augmentation dramatique des demandeurs d’emploi, une tension abusive sur les conditions d’embauche, que paie bien sur les populations les moins qualifiées mais aussi les jeunes diplômés

L’élève France veut copier le maître Allemagne en provoquant le même programme de déflation salariale que l’Allemagne de Mr Schroeder. La baisse continuelle des charges et la multiplication des fermetures d’entreprises, met en difficulté nos comptes sociaux qui sont tous passés dans le rouge.

Les effets d’aubaine sur le SMIC conduisent à une smicardisation de la population salariée et un sentiment de déclassement.

Cet entêtement dans une politique qui ne marche pas et qui plonge l’Europe vers la récession, qui crée des tensions xénophobes et fait monter l’extrême droite, sera sanctionné sévèrement lors des prochaines échéances électorales de mars (Départementales) et octobre (Régionales) prochains.

La question devient prégnante pour le MRC de sortir de la majorité. Demandes formulées d’ailleurs par deux de nos plus importantes fédérations. Force est de constater que sitôt élu le candidat Hollande a oublié le discours du Bourget.

L'UMP tente de se remettre en marche, mais cet élan est plombé par les affaires. L'élection de N Sarkozy à 64% dénote une tension entre les divers courants.

Le Front National surfe sur la vague de mécontentement mais peine à convaincre sur le fonds des idées. Les affaires, comme Ayange, tendent à démontrer qu'il n'y a pas rupture avec certaines vilaines pratiques.

Le Front National a usurpé une partie du logiciel du MRC, mais ce n’est qu’un vernis social destiné à apporter une nouvelle vitrine à un parti qui reste pour sa majeure partie attachée aux positions du FN historique : xénophobe, replié sur soi, isolationiste. Le FN ne sera jamais un recours et sa « part de marché » évoluera au gré du bon vouloir des média et des positions du PS et de l’UMP.

Pour l’électeur qui ne s’y retrouve plus entre la Gauche et la Droite, nous lui disons : « Au-dessus de la Gauche, au-dessus de la Droite, il y a la République ! »

Cette position exprimée en 2002 par Jean Pierre Chevènement est la seule qui mérite attention, et nous sommes suffisamment de femmes et d’hommes de bonne volonté dans les partis de Gauche, de Droite et du Centre pour constituer un Pôle Républicain dont le cap de la barre sera l’intérêt général et non pas comme aujourd’hui l’addition d’intérêts particuliers. Il est plus que temps de créer un front républicain et d'appliquer un programme de salut public.

Préparer les échéances à venir

Les échéances à venir : Départementales et Régionales ; doivent donc être abordées sans exclusive. Nous devons véhiculer nos idées et présenter des candidats partout où cela est possible, avec ou sans alliance, et en ne privilégiant canton par canton et région par région les lignes force de notre programme et de nos positions.

Le contenu est plus important que les alliances et nous sommes prêts à accueillir est à rejoindre celles et ceux qui sont sur les positions majeures suivantes :

  • Le Mouvement Républicain et Citoyen est pour la défense des communes et des départements, gages d’une démocratie de proximité ; nous sommes opposés à la réforme territoriale telle qu’elle est proposée, ferment d’inégalités entre métropole riche et communes rurales ;
  • Nous nous opposons à la politique austéritaire du gouvernement dicté par le TSCG ; le fameux 3% de déficit ne peut être un horizon indépassable ; la France doit retrouver sa souveraineté budgétaire, seul gage de la maîtrise de son destin et d’une politique sociale à la française héritée du CNR ;
  • Nous demandons une réorientation de la politique européenne vers une Europe de la demande par une relance des Grands Travaux ! (les 300 milliards annoncés par Junker, sont largement insuffisant). Les grands travaux devront concerner les infrastructures portuaires, ferroviaires, la recherche médicale et technique, les réseaux connectés, les nouvelles technologies, le développement de l’économie de la mer (nutrition et énergie), et les énergies renouvelables, sans exclure les pôles d’excellence que sont le nucléaire (AREVA, FRAMATOME, EDF, DCNS) et la recherche spatiale (ASE, CNES, ARIANEPACE, …)
  • Nous souhaitons un audit sans complaisance des mérites des crédits d’impôts (Crédit d’impôt compétitivité emploi, recherche et développement) car ils nous semblent que des secteurs entiers bénéficient de ces effets d’aubaine (Grande Distribution, Banques,…..) sans que cela soit l’objet originel de ces dispositifs ;
  • Nous demandons à ce que au delà de la pénibilité physique, la pénibilité morale, le stress au travail et « burn out » soient reconnus comme des maladies professionnelles ;
  • Nous demandons la révision sur la loi de transition énergétique, qui risque à terme d’accentuer la précarité au niveau de l’accès à l’énergie par une augmentation constante du prix du Kwh.
  • Nous demandons à que la politique industrielle soit soutenue, et à privilégier le long terme aux politiques de courte vue. Une nécessaire planification est indispensable, que ce soit un commissariat au Plan ou tout autre organisme qui n’aurait pas le nez sur l’objectif à courte vue du simple retour rapide sur investissements et la distribution de dividendes. Le Fonds Stratégique d’Investissement doit être un outil tourné vers les secteurs d’excellence.
  • Il devra être mis fin au « dumping social » que constitue l’usage immodéré des travailleurs détachés. Rappelons que ces travailleurs employés, par exemple, sur des chantiers tels que STX St Nazaire, sont employés par des sociétés qui n’acquittent aucune charge sociale en France, nuisant gravement au principe de « concurrence libre et non faussée ». Un renforcement des contrôles est nécessaire tant au niveau de l’hygiène et de la sécurité, mais aussi sur les filières de « marchands d’hommes » qui se mettent en place en provenance de pays aux règles sociales laxistes ou inexistantes.

Nous croyons sincèrement que beaucoup de femmes et d’hommes de bonne volonté peuvent se retrouver pour défendre les valeurs énumérées ci-dessus.

Reprenons notre destin en main ! Faisons que demain nos enfants soient fiers du pays que nous leur laisserons : plus juste, plus égalitaire et remettant l’Homme au centre des préoccupations et non la seule recherche du profit à court terme.

C’est dans cet esprit que nous aborderons ces élections, avec l’esprit ouvert, attentifs aux préoccupations de nos concitoyens !

Synthèse établie par Bruno Chevalier Président de l'Union Régionale du MRC

Commenter cet article