Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Mouvement Républicain et Citoyen 44

Site dédié à l'actualité du MRC en général et du MRC44 en particulier

Le jour où la Gauche surpassa la Droite

Publié le 1 Juillet 2014 par Webmaster-MRC44 in Mots d'humeur et d'humour

Le livre n'est malheureusement paru qu'en anglais, il est écrit par un universitaire américain francophile, Rawi Abdelal (Capital Rules - The Construction of Global Finance), qui s'est toujours interrogé sur notre conversion zélée à la mondialisation.

Ce n'est pas anodin, aux mêmes maux on essaie d'appliquer les mêmes remèdes, c'est à dire des solutions qui n'ont pas marché.

Dans ce livre , il consacre plusieurs pages au tournant de 1983, au cours duquel Delors, alors ministre des Finances, Laurent Fabius, ministre du budget et Pierre Bérégovoy, ministre des Affaires sociales, ont convaincu François Mitterrand d’accepter les contraintes du Système Monétaire Européen, qui a amorcé une politique de rigueur :"ils ont amené Mitterrand à choisir l’Europe et l’austérité". Pour lui, c’est Camdessus qui a convaincu Fabius du danger qu’il y aurait à laisser flotter le franc, et qui a ensuite "introduit de la pensée unique au FMI".

Selon lui, "Fabius, Bérégovoy et quelques autres avaient de bonnes raisons de se donner un programme libéral : se rallier à l’économie de marché permettait de se doter d’une identité politique attrayante, d’un profil "moderne", "compétent", qui tranchait avec l’image "archaïque" et excessivement idéologique d’un Chevènement ou d’un Marchais".

Et Rawi Abdelal poursuit : "L’ardeur de la gauche française à surpasser la droite ne se borna pas à la finance et s’étendit à tous les domaines de la politique économique. Le programme appliqué par Delors, Fabius, Beregovoy allait bien au-delà d’une suppression du dirigisme". Il cite Serge Halimi, patron du Monde diplomatique, qui voit dans cette politique "une ambition de faire ses preuves sur le terrain même de l’opposition : ce qui se traduit par une politique encore plus brutale que celle de la droite, quand il s’agit d’appliquer des politiques économiques orthodoxes..." >>

Inquiétant quand on sait que François Hollande est le digne héritier du delorisme ....

Commenter cet article